email2horaires

Rédiger ses directives anticipées

 

La loi d’avril 2005 – dite loi Leonetti –ainsi que la loi Leonetti-Claeys du 2 janvier 2016 ont ensemble renforcé le droit des malades en de vie. Elles prévoient notamment que toute personne majeure puisse rédiger des directives anticipées concernant les conditions de limitation ou d’arrêt d’un traitement ou la prolongation artificielle de la vie.

 

Dans ces instructions, la personne indique quelle conduite tenir si elle est hors d’état d’exprimer sa volonté (article L.1111-11 du code de la santé publique).

Toute personne majeure peut rédiger ses « directives anticipées » concernant sa fin de vie

 

C’est une possibilité qui nous est donnée. Il s’agit d’exprimer ses volontés par écrit sur les décisions médicales à prendre lorsque nous serons en fin de vie, sur les traitements ou actes médicaux qui seront ou ne seront pas engagés, limités ou arrêtés par les équipes médicales.
La fin de vie peut arriver après un accident ou à l’issue d’une maladie grave. Dans ces circonstances, vous serez peut-être dans l’incapacité de vous exprimer. Si un patient a rédigé desdirectives anticipées, son médecin et ses proches sauront quelles sont ses volontés, même s’il ne peut plus s’exprimer. Bien sûr, envisager à l’avance cette situation est difficile, voire angoissant. Mais il est important d’y réfléchir.

Rédiger des directives anticipées n’est pas une obligation

 

Pour établir ses directives anticipées, il suffit d’indiquer, par écrit, ses nom et prénom, sa date et son lieu de naissance, et d'indiquer ses souhaits. Le document doit être daté et signé. Deux modèles sont notamment disponible sur le site « service-public.fr ».

Les directives anticipées n’ont plus de durée de validité limitée

 

Ces directives sont conservées dans le dossier tenu par le médecin choisi par la personne ou dans le dossier médical en établissement de santé. Elles peuvent être aussi conservées par leur auteur, remises à la personne de confiance ou à un proche. Elles seront à terme conservées dans le Dossier médical personnel (DMP).

Une institution de droit privé, une mission de service public